Nos lecteurs ont aimé...

Nos lecteurs ont également une voix et aiment la littérature. Il est important pour nous de partager les lectures qu'ils aiment ou ont aimé. Tous les genres sont mis en avant.

A la grâce des hommes, de Hannah Kent, Pocket, 2016.

Une chanson douce, Leïla Slimani, Folio, 2018

(Prix Goncourt 2016)

Résumé du livre : 

« Dans le nord de l'Islande, en 1829, Agnes Magnúsdóttir est condamnée à mort pour l'assassinat de son amant, Natan Ketilsson. En attendant que la sentence soit exécutée, Agnes Magnúsdóttir est placée en résidence surveillée à Kornsá, dans la ferme de l'agent de sécurité du canton, Jon Jonsson, avec sa femme et leurs deux filles. Horrifiées à l'idée d'héberger une criminelle, les membres de la famille évitent tout contact avec Agnes, qui leur inspire autant de peur que de dégoût. Seul Totti, le jeune révérend que la meurtrière a choisi comme guide spirituel pour la préparer à sa fin prochaine, tente de la comprendre. Alors que les mois passent, contraints de partager le quotidien, de travailler côte à côte cette terre gelée et hostile, le fermier et les siens se laissent peu à peu apprivoiser par la condamnée. Encouragée par le pasteur, Agnes livre le récit de sa vie, de son amour pour Natan, et des semaines qui ont conduit au drame, laissant entrevoir une vérité qui n'est pas forcément celle que tous pensaient connaître. 
Inspiré de la véritable histoire d'Agnes Magnúsdóttir, la dernière femme condamnée à mort en Islande, A la grâce des hommes est un roman sur la vérité, celle que nous croyons savoir et celle à laquelle nous voulons croire. »

Résumé du livre : 

« Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d'un cabinet d'avocats, le couple se met à la recherche d'une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l'affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu'au drame. A travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c'est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l'amour et de l'éducation, des rapports de domination et d'argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant. »

Tropique de la violence, Natacha Appanah, Folio, 2018.

Résumé du livre : 

« Tropique de la violence est une plongée dans l’enfer d’une jeunesse livrée à elle-même sur l’île française de Mayotte, dans l’océan Indien. Dans ce pays magnifique, sauvage et au bord du chaos, cinq destins vont se croiser et nous révéler la violence de leur quotidien. »

Le bracelet, Andréa Maria Schenkel, Actes Sud 2018

Résumé du livre : 

« Munich, 1938. Le petit Carl Schwarz doit quitter l’Allemagne avec ses parents et sa soeur. Sa mère est catholique, mais le pays est devenu trop dangereux pour son père juif. La famille déniche des billets de bateau pour Shanghai via Gênes, mais au dernier moment le père décide de rester à quai. Lui qui a défendu son pays dans les tranchées de la Première Guerre mondiale ne peut pas croire que l’Allemagne s’en prenne à sa personne.
Au même moment, une jeune fille tombée enceinte d’un soldat sans être mariée est envoyée chez sa tante, faiseuse d’anges ; celle-ci s’occupe d’elle et la recueille. Une femme du monde qui a eu plusieurs fois recours à ses services vient lui demander une nouvelle fois son aide. Mais à présent, elle voudrait adopter un nourrisson – c’est à cette seule condition que Himmler lui accordera le droit d’épouser l’homme avec qui elle vit.
En 2010, aux États-Unis, Carl Schwarz coule une retraite paisible avec Emmi, la femme qui partage son existence depuis plus de soixante ans. Un après- midi, le téléphone sonne. Un homme, mandaté par le musée de l’Holocauste, aimerait lui poser des questions. Soudain tout le passé resurgit…
Saga du plus haut romanesque, Le Bracelet verse une lumière bouleversante sur l’une des périodes les plus sombres de notre histoire. » 

L'art de perdre, Alice Zeniter, 

Coédition Flammarion/Albin Michel, 2017.Prix Goncourt des lycéens. Parution en poche fin janvier 2019.

Résumé du livre : 

« L’Algérie dont est originaire sa famille n’a longtemps été pour Naïma qu’une toile de fond sans grand intérêt. Pourtant, dans une société française traversée par les questions identitaires, tout semble vouloir la renvoyer à ses origines. Mais quel lien pourrait-elle avoir avec une histoire familiale qui jamais ne lui a été racontée ?
Son grand-père Ali, un montagnard kabyle, est mort avant qu’elle ait pu lui demander pourquoi l’Histoire avait fait de lui un « harki ». Yema, sa grand-mère, pourrait peut-être répondre mais pas dans une langue que Naïma comprenne. Quant à Hamid, son père, arrivé en France à l’été 1962 dans les camps de transit hâtivement mis en place, il ne parle plus de l’Algérie de son enfance. Comment faire ressurgir un pays du silence ?
Dans une fresque romanesque puissante et audacieuse, Alice Zeniter raconte le destin, entre la France et l’Algérie, des générations successives d’une famille prisonnière d’un passé tenace. Mais ce livre est aussi un grand roman sur la liberté d’être soi, au-delà des héritages et des injonctions intimes ou sociales. » 

La mémoire des embruns, Karen Viggers, Le Livre de Poche, 2016

Résumé du livre : 

« Mary est âgée, sa santé se dégrade. Elle décide de passer ses derniers jours à Bruny, île de Tasmanie balayée par les vents où elle a vécu ses plus belles années auprès de son mari, le gardien du phare. Les retrouvailles avec la terre aimée prennent des allures de pèlerinage. Entre souvenirs et regrets, Mary retourne sur les lieux de son ancienne vie pour tenter de réparer ses erreurs. Entourée de Tom, le seul de ses enfants à comprendre sa démarche, un homme solitaire depuis son retour d'Antarctique et le divorce qui l'a détruit, elle veut trouver la paix avant de mourir. Mais le secret qui l'a hantée durant des décennies menace d'être révélé et de mettre en péril son fragile équilibre.
Une femme au crépuscule de sa vie, un homme incapable de savourer pleinement la sienne, une émouvante histoire d'amour, de perte et de non-dits sur fond de nature sauvage et mystérieuse. » 

Le Tribunal des âmes, Donato Carrisi, Livre de Poche, 2013.

Résumé du livre :

« Rome. Sa dolce vita, son Capitole, ses foules de pèlerins, ses hordes de touristes. Sa pluie battante, ses sombres ruelles, ses labyrinthes souterrains et ses meurtriers insaisissables. Marcus est un homme sans passé. Il y a un an, il a été grièvement blessé et a perdu la mémoire. Aujourd'hui, il est le seul à pouvoir élucider la disparition d'une jeune étudiante kidnappée. Sa spécialité : analyser les scènes de crime. Sandra est enquêtrice photo pour la police scientifique. Elle aussi recueille les indices sur les lieux où la vie a dérapé. Il y a un an, son mari est tombé du haut d'un immeuble désaffecté. Elle n'a jamais tout à fait cru à un accident. Leurs routes se croisent pour les conduire chacun au carrefour où il faut choisir entre la vengeance et le pardon. »

Raureifzeit, Cornelia Briend

Le temps des frimas est la suite dramatique du captivant roman historique Le sang des mûres de Cornelia Briend. L’histoire de Ceara qui a commencée en Normandie se poursuit maintenant en Irlande.

Normandie, printemps de l’an 985 : C’est avec confiance que le jeune normand Ivar, flanqué de deux compagnons, embarque sur un bateau de commerce. Il a pour mission de faire passer clandestinement des épées franques en Irlande. C’est la dernière mise à l’épreuve qui le sépare de son rêve : être guerrier dans le corps d’élite du comte de Normandie. Mais la mission échoue et Ivar doit faire face à la colère du pillard danois Sigdan.

Ceara, confiée enfant aux parents de Ivar et sa sœur adoptive, a grandi en Normandie. Elle vit depuis deux ans dans la tribu de son père en Irlande. Veuve, sa seule consolation est sa petite belle-fille Cròn. Lorsque celle-ci est enlevée, Ceara se lance à sa recherche et se retrouve très vite en face de Ivar. Pour sauver Cròn, elle doit choisir entre la méfiance et l’ancienne complicité, alors qu’Ivar doit se décider entre ses anciens rêves et ses nouveaux objectifs.

Les Nuits de laitue, Vanessa Barbara, Prix du Premier roman étranger 2015, Zulma, 2017. 

Résumé du livre : 

« Otto et Ada partagent depuis un demi-siècle une maison jaune perchée sur une colline et une égale passion pour le chou-fleur à la milanaise, le ping-pong et les documentaires animaliers. Sans compter qu’Ada participe intensément à la vie du voisinage, microcosme baroque et réjouissant.

Il y a d’abord Nico, préparateur en pharmacie obsédé par les effets secondaires indésirables ; Aníbal, facteur fantasque qui confond systématiquement les destinataires pour favoriser le lien social ; Iolanda et ses chihuahuas hystériques ; Mariana, anthropologue amateur qui cite Marcel Mauss à tout-va ; M. Taniguchi, centenaire japonais persuadé que la Seconde Guerre mondiale n’est pas finie.

Quant à Otto, lecteur passionné de romans noirs, il combat ses insomnies à grandes gorgées de tisane tout en soupçonnant qu’on lui cache quelque chose…
Machine à fiction pleine de fantaisie et de malice, au tour inattendu d’intrigue policière, ce premier roman pétille d’une énergie contagieuse et d’un charme fou.  
» 

Le Chuchoteur, Donato Carrisi, Livre de Poche, 2010.

 

Résumé du livre : 

« Cinq petites filles ont disparu. Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière. Au fond de chacune, un petit bras, le gauche. Depuis le début de l’enquête, le criminologue Goran Gavila et son équipe ont l’impression d’être manipulés. Chaque découverte macabre, chaque indice les mènent à des assassins différents. La découverte d’un sixième bras, dans la clairière, appartenant à une victime inconnue, les convainc d’appeler en renfort Mila Vasquez, experte dans les affaires d’enlèvement. Dans le huis clos d’un appartement spartiate converti en QG, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire : tous les meurtres sont liés, le vrai coupable est ailleurs. »

L’Enfant (1879), Jules Vallès, Gallimard, Folio plus classiques, 2003.

Résumé du livre : 

« A tous ceux qui crevèrent d'ennui au collège ou qu'on fit pleurer dans la famille, qui, pendant leur enfance, furent tyrannisés par leurs maîtres ou rossés par leurs parents, je dédie ce livre. » (Jules Vallès)

« Fils d'un professeur de collège méprisé et d'une paysanne bornée, Jules Vallès raconte :      « Ma mère dit qu'il ne faut pas gâter les enfants et elle me fouette tous les matins. Quand elle n'a pas le temps le matin, c'est pour midi et rarement plus tard que quatre heures. » Cette enfance ratée, son engagement politique pour créer un monde meilleur, l'insurrection de la Commune, Jules Vallès les évoqua, à la fin de sa vie, dans une trilogie : L'Enfant, Le Bachelier et L'Insurgé. La langue de Jules Vallès est extrêmement moderne. Pourtant, l'histoire de Jacques Vingtras fut écrite en 1875 et c'est celle des mal-aimés de tous les temps ! »

Bromberblut, Cornelia Briend

La grande saga irlandaise à l’époque des Vikings.

En l’an de grâce 982. La jeune irlandaise Ceara est élevée en Normandie par une famille de colons norvégiens. Lorsque les liens avec le clan de sa mère sont rompus, elle perd toutes chances de connaître, auprès des Normands, l’avenir auquel elle était prédestinée. C’est alors que l’homme, qui avait jusqu’à présent nié être son père, la réclame. Et c’est en étrangère qu’elle revient dans le pays où elle est née, pour épouser un allié de son père. Cependant, les querelles sanglantes avec la tribu voisine ne l’épargnent pas. Dans la lutte pour sa survie, elle trouve en Finn, jeune chef de clan, un partenaire inattendu. Ensemble, ils s’attachent à mettre fin aux dissensions ancestrales entre leurs peuples. Le don d’observation de Ceara et sa faculté singulière à dessiner au fusain des portraits d’une stupéfiante ressemblance, lui seront à la fois une bénédiction et une malédiction. C’est ainsi qu’en réalisant le portrait de son fiancé elle met sa vie en danger. Commence alors un itinéraire périlleux : entre fusain et cliquetis des armes, amour et deuil, vengeance et ... mûres.

Mon témoignage enthousiaste de lectrice

© 2023 by The Book Lover. Proudly created with Wix.com